Bach - Messe en si mineur




Jean Sébastien Bach
Messe en si mineur



Aux XVIIè et XVIIIè siècles, la messe perd de son importance au sein des œuvres de musique sacrée, le style concertant et le schisme chrétien ayant fortement contribué au manque d’intérêt pour ce genre déjà ancien. Celui-ci n’est néanmoins pas complètement abandonné mais seuls des compositeurs catholiques le parent d’un riche traitement, comme par exemple Marc-Antoine Charpentier en France. À cette époque, le style concertant envahit tous les genres et la messe n’y fait pas exception. Jusque-là, elle était exclusivement chorale et l’accompagnement instrumental était soit très réduit soit carrément absent. On rencontre désormais, outre des chœurs, des passages exécutés par des solistes vocaux, parfois accompagnés de solistes instrumentaux, comme on peut en entendre dans les opéras contemporains. En ce qui concerne cette relative désaffection, le texte de la messe lui-même est sans doute à mettre en cause. Dans une esthétique qui voyait les compositeurs chercher le moindre mot pouvant être le prétexte à une ornementation mélodique poussée, à des vocalises éblouissantes et à une peinture sonore des sentiments et des passions, force est de constater que ce texte, très dogmatique par définition et ne contenant aucune action dramatique, était parfaitement incapable de jouer ce rôle. L’œuvre la plus extraordinaire de ce genre à l’époque est incontestablement la Messe en si de Jean-Sébastien Bach qui en constitue néanmoins un exemple atypique par son étendue, sa complexité et sa portée musicale autant que spirituelle. Il s’agit d’un mélange de fragment d’une messe de 1733 (Kyrie et Gloria), d’adaptations de fragments d’anciennes cantates et de morceaux nouvellement composés, que le compositeur a réuni vers 1739 pour former un tout cohérent. Cette œuvre monumentale peut être considérée comme une sorte de catalogue de ce que pouvait réaliser un compositeur de musique sacrée dans le domaine un peu froid - se portant mal au figuralisme - de la messe : polyphonie à cinq parties, orchestre très imposant (comprenant des flûtes traversières, hautbois, basson, trompettes, timbales), morceaux allant de l’air pour soliste au chœur pour effectif complet. Paradoxalement, nous savons que ce remarquable assemblage n’a jamais été exécuté in extenso du vivant du compositeur, mais a pu constituer en quelque sorte son propre credo. Il est certainement à rapprocher des autres « sommes » musicales qu’il a pu laisser comme l’art de la fugue, l’Offrande musicale ou les Variations Goldberg.




Articles :
Bach - Messe en si mineur (dictionnaire des oeuvres vocales de Honegger)


Ressources





Téléchargez le fichier (en cliquant sur l'icône juste à côté), dézippez-le et glissez le dans iTunes. Il ne vous reste plus qu’à synchroniser avec votre iPhone et/ou iPad puis de le lire avec l’application iBooks. Le livre est agrémenté d’extraits sonores et vidéos.







Vous n’avez pas de lecteur d'eBook (format ePub) ? Lisez le livre ici (sans les sons et vidéos...) :



Sites internet


Analyses en Powerpoint de Eric Michon (IA-IPR)

L’analyse de la messe en si de J.S. Bach réalisée par Didier LONCA

Médiathèque de la Cité de la musique, Paris

Messe en si mineur (Bach) - Wikipédia

Moi, Jean-Sébastien Bach

Le mot du jour - Pierre Charvet - Bach = 14

Mass in B Minor, BWV 232 (Bach, Johann Sebastian) - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music

Mass in B minor, BWV 232 (Johann Sebastian Bach) - ChoralWiki

Jean-Marc Onkelinx - En avant la musique ! - Messe en si mineur

messe - Encyclopédie Larousse






nicolas martello Web Developer

www.nikkojazz.fr