Jazz



 



Genre musical crée par les noirs américains qui est caractérisé par une intonation particulière, l’improvisation et le swing, souvent de caractère gai et entraînant.




Mot dont l’origine reste indéterminée. Ce genre de musique apparut autour de 1915 et consistait en une combinaison de la musique chantée par les esclaves noirs avec la culture apportée en Amérique par les Européens avec pour sources blues, gospel et ragtime de la Nouvelle-Orléans. Les principales caractéristiques de cette musique sont le rythme (sur un battement très régulier et marqué se superposent de légers décalages qui ne peuvent pas être écrits exactement), l’intonation (les sons ne sont pas attaqués justes et restent très proches de la parole) et l’improvisation (la musique est improvisée à partir d’un thème). L’histoire du jazz a connu plusieurs étapes. Né à New-Orleans, le "centre" se déplaça vers Chicago. Il se développa ensuite dans les big-bands du style swing à Kansas City puis surtout New-York. Dans les années quarante, un style nouveau apparut à Harlem (quartier de New-York), le be-bop, musique heurtée et révoltée. Cette tendance fut suivie par le cool-jazz et enfin par le free-jazz, dans lequel des influences de toutes sortes d’autres musiques furent introduites.

Les différents styles de jazz et leurs caractéristiques :

Le style New Orleans (à partir de 1900)
— L’orchestre comprend deux sections bien distinctes :
○ La section rythmique composée d’une batterie qui assure le tempo, d’un piano et/ou d’un banjo qui fournissent les harmonies et d’une contrebasse (à vent ou à cordes) qui joue les fondamentales des accords.
○ La section mélodique qui tient le devant de la scène, au propre et au figuré, avec, dans le rôle principal, un cornet à pistons ou une trompette qui mène les ensembles, une clarinette qui brode autour du thème et un trombone qui ponctue le thème, souvent avec des effets de glissando.
— Le jeu est très collectif, même l’improvisation, les solos sont encore rares.

Le style Chicago (à partir de 1920)
— Il reste assez proche du style New-Orleans, cependant les solos se développent et on commence à utiliser de plus en plus les saxophones.

L’Ere du Swing (de 1930 à 1940)
— Le jazz devient très populaire, on peut en entendre partout. Il devient commercial et donc pas toujours authentique.
— Les Big Bands (orchestres de douze à vingt musiciens) font leur apparition. Dans ces Big Bands, les arrangements sont écrits mais l’improvisation reste un élément essentiel.

Le Be-Bop (à partir des années 40)
— C’est une véritable révolution : la section rythmique devient l’égale de la section mélodique.
— Le Be-Bop s’imprègne de la musique de Debussy et de Ravel et devient plus complexe.
— L’improvisation est de plus en plus technique sur des tempos de plus en plus fous.

Le Cool-jazz (à partir de 1950)
— C’est une sorte de "jazz de chambre", plus calme et plus raffiné.
— Il naît sur la côte Ouest des Etats-Unis et est donc souvent nommé "style West Coast"

Le Hard Bop (dans les années 50)
— En réaction au style West Coast, il prône le retour à un jazz plus musclé.

Le Free Jazz (à partir des années 60)
— Souvent lié à des revendications anti-raciales, il réclame la suppression de toute contrainte rythmique et harmonique, c’est l’improvisation absolue.

Le Jazz Rock ou Fusion (à partir de 1970)
— Il emprunte au rock certains de ses instruments : les guitares électriques et les synthétiseurs, mais aussi sa mesure binaire.
— Cependant, l’improvisation y tient toujours un rôle majeur.

Le Jazz aujourd’hui
— Le monde s’est ouvert au jazz, le jazz s’ouvre au monde et à toutes les influences : musique savante, musique populaire, folklores de tous les pays.





Voir aussi :


Des Mots de Jazz :