728x90 AdSpace

  • Actualités

    dimanche 25 mai 2014

    Comment parler de

    Comment parler de…


    Parler du genre musical


    Identifier le genre à partir de la composition orchestrale ou instrumentale :

    • un orchestre : symphonie, poème symphonique, ouverture, ballet, interlude, suite d’orchestre, musique de scène.

    • un orchestre et un soliste : concerto.

    • un orchestre et des solistes : concerto grosso da chiesa (alterne mouvement lent harmonique et vif fugué) ou da camera (suite de danse), symphonie concertante, concerto pour plusieurs solistes.

    • quelques instruments (musique de chambre) : sonate en trio (époque baroque), quatuor à cordes, trio...
    >> Chercher les instruments dans la musique de chambre.

    • un instrument seul : sonate, fugue, pièce libre…
    Suite de danses, sonate en trio (da chiesa ou da camera), sonate classique.
    Musique de piano du 19ème siècle : impromptues, ballades, romances, danses (valses, mazurkas, polonaise, ...), bagatelles, fantaisies, rapsodie, études, préludes, romance, nocturnes, ou des pages « états d’âme » souvent avec des titres descriptifs (comme chez Schumann).


    S’il s’agit de musique vocale :

    En fonction de la langue :
    — Langue allemande : lied.
    — Langue française : mélodie, chanson.
    — Langue latine : motet, messe.

    En fonction de la destination :
    — religieux : messe, cantate, motet, oratorio, te deum, choral de musique réformée, psaumes, les passions...
    — profane : opéra seria, opéra buffa, grand opéra, singspiel, opéra comique, drame wagnérien, oratorio profane, mélodie, lied, chanson polyphonique, madrigal, air, les différents récitatifs (arioso, recitativo secco/accompagnato, cabalette, aria da capo)...

    S’il s’agit de musique vocale soliste : recitativo secco, récitatif accompagné, recitativo arioso (mesuré), airs coupés de chœurs, aria da capo, air en rondo, parlando arioso (comme dans Pelléas et Mélisande de Debussy), mélodie continue (Wagner, Strauss), sprechgesang.

    S’il s’agit de musique chorale : est-elle homorythmique, contrapuntique, en imitations, mélismatique ou syllabique ? Quelle est la langue utilisée ? Attention car la langue ne donne pas forcément l’origine du compositeur. Quelle est la relation entre le texte et la musique ? Y a t-il figuralisme ou non ?

    Pour un texte littéraire : de quoi parle-t-on ? Quel est le sujet ? Quel est le fond ? Quelle est la forme de ce texte (strophique, continu) ? Quel est le style du texte ? Le style du point de vue de la syntaxe ?


    Parler des thèmes / des mélodie


    > anacrouse / levée ?
    > structure : tension-détente, antécédent-conséquent, le périodes, le phrasé.
    > la découpe : thème « binaire » (sur 2 périodes) ou thème « lied » (sur 3 période) ?
    > son ambitus, registre (chez Mozart : restreint, chez les romantiques : étendu).
    > diatonique ou chromatique ?
    > court ou long ?
    > son caractère (dansant, statique, tournoyant ?)
    > thème cyclique, thème générateur, idée fixe ?
    > Athématique : comme son nom l’indique (pas de thème) !

    Le caractère : un adjectif qui décrit au mieux la musique, le thème.

    Un peu de vocabulaire : dépouillé, serein, tendre, trouble, instable, surprenant, hargneux, léger, accent populaire, délicieux, nostalgique, murmuré, plaintif, pompeux, éclat, suave, pastoral, tendresse, intime, obsédé, tumultueux, passionné, rêveur, tragique, bouffon, sarcastique, lugubre, sauvage, pesant , berceur, mélancolique, mystérieux, incisif, énergique, inexorable, vigoureux, furieux, délicat, fulgurant, frémissement, joyeux, éclatant, brillant, martial, scandé, susurré, lumineux, intérieur, lyrique, tourmenté, douceur, furieux, strident, fluide, archaïsant, déchaîné, imperturbable, lourd, épais, langoureux, douloureux, éclatant, tranquille, mélancolique, grincheux, grinçant, naissant, émergeant, funèbre, victorieux, martelé...

    Parler du rythme


    Le rythme c’est l’organisation dans le temps de la musique.
    > tempo (vif ou lent ?) et l’agogique = changements de tempi
    > pulsé / non-pulsé (temps lisses / temps striés)
    > binaire ou ternaire ? mesure simple ou composée ?
    > syncopes ? contretemps ? accents ? tension-détente ?
    > y’a t’il beaucoup de silences, interruption, prolongement ?
    > polyrythmie (cf. Chopin, Debussy, Ravel ou la batucada !)
    > hémiole (comme dans la Folia) ? désigne l’insertion d'une structure rythmique ternaire dans une structure rythmique binaire, ou inversement.
    > ostinato mélodico-rythmique (rythmique et/ou mélodique) ?
    > y’a t’il un ou des formules rythmiques particulières (exemple : longue-court répété…)

    Parler de la polyphonie


    > monodie accompagnée (baroque - classique - romantique) : une mélodie dans les aigus et des accords ou arpèges dans les médiums + une basse dans les grave.
    > plans sonores, strates sonores indépendantes ? textures (cf. Debussy, Varèse) ?
    > y’a t’il des lignes mélodiques privilégiées : contrechants avec accompagnement harmonique
    > y’a t’il des imitations ?
    > fugato, contrepoint ? (le fugato est un procédé d’écriture pas une forme comme la fugue...)
    > homorythmique / homophonie ou « style choral » (courtes phrases séparée et écriture harmonique) : à l’opposé du style fugué (fugue, fugato, canon, imitations), cette manière d’écrire confère toujours au discours musical un caractère empreint de calme, de méditation, de solennité, de simplicité... Survenant après une période marquée par l’agitation, le tourment... elle apporte un apaisement certain.

    Parler de l’orchestration / instrumentation


    > familles utilisées : cordes, bois, cuivres, percussions
    > familles mélangées ? (parfois les bois doublent les cordes...)
    > continuo : orgue, clavecin, luth, viole de gambe, théorbe / archiluth ?
    > orchestration particulière : recherche de couleur (Ravel, Debussy) : effets de harpe, violons en sons harmoniques dans le suraigu…

    Quels sont les timbres privilégiés ?
    Y a t-il des doublures ou des assemblages de timbres particuliers ?
    Quels sont les registres des instruments (graves, aigus, suraigus) ?
    Y a t-il de la virtuosité (si oui technique ou expression) ?
    Y a t-il un ou des instruments mis en valeurs ? De quelle manière traite t’on l’instrument (harmonique, mélodique, rythmique ...) ?

    Parler de l’écriture instrumentale


    > les modes de jeu : legato, pizzicato, glissandi (cordes ou trombone…), sons harmoniques, col legno, barriolage…
    > virtuosité digitale, interprétation
    > le « style vocal » dans les pièces instrumentales (ex. : Chopin, Bellini) : mélodies jouées très chantantes…
    > Ornementation (intégrée à la ligne mélodique ou surajoutée à la mélodie ?). Epoque baroque : l’ornementation est surajoutée (par des symboles : mordant, gruppetto, trilles...)
    > l’accompagnement : basse d’Alberti, accords arpégés, accords rebattus (Schubert), accords brisés (Chopin), continuo (époque baroque)...

    Quelques modes de jeu :

    CORDES
    VENTS
    PERCUSSION
    VOIX
    LEGATO (en liant le son)
    STACCATO (son très court, détaché)

    Etouffé

    TREMOLO (son tremblé : on alterne très vite 2 notes)

    PIZZICATO (pincé avec les doigts)

    Col legno (frappé avec le bois de l’archet)
    Ricochet (on fait rebondir l’archet)
    Double cordes (on frotte 2 cordes en même temps)
    Legato

    Staccato

    Flatterzunge (vibrer le son exagérément en roulant la langue)
    Avec les mains

    Avec des baguettes

    Son étouffé
    Legato

    A CAPPELLA (sans instruments)

    Mezza Voce (mi voix)

    VIBRATO (le son vibre, oscille)


    Parler de l’écriture vocale


    > ornementation et virtuosité
    > mélismatique (privilégie la mélodie, la musique) ou syllabique (favorise la compréhension du texte).
    > figuralisme (musique illustre le texte...)
    > onomatopées (courant à l’époque Renaissance : chez Janequin par ex.)
    > l’expressivité
    > style de déclamation vocale :

    — recitativo secco : non mesuré et le clavecin ponctue par des accords.
    — recitativo accompagnato : non mesuré et accompagné de l’orchestre (cordes)
    — arioso : mesuré mais peu mélismatique
    — aria : mesuré et mélismatique
    — sprechgesang (= parlé chanté)
    — parlando-arioso (cf. “Pelléas et Mélisande” de Debussy)

    La déclamation chantée épouse les rythmes, le débit et les intonations de la langue : quasi-parlando, récitatif mélodique, ambitus assez restreint (écarts très disjoints et oppositions dynamiques violentes évités).


    Quelques termes techniques indispensables pour bien parler de la musique vocale :

    A CAPPELLA : interprétation vocale non accompagnée par des instruments
    (on chante SANS ACCOMPAGNEMENT)
    → Chant byzantin, grégorien, nombreuses œuvres polyphoniques de la Renaissance
    (chansons de Janequin, motets de Lassus…), polyphonies corses…

    MONODIE : (du grec monos=seul & ôidê=chant) chant à 1 voix ; on parle souvent de
    Monodie Accompagnée : chant à 1 voix accompagné d’un instrument (ex : chant/piano)

    POLYPHONIE : (du grec polys=plusieurs & phonè=sons) chant à plusieurs voix ; on superpose plusieurs lignes mélodiques en contrepoint ; on a au moins 2 voix différentes simultanément.

    UNISSON : (du latin unus=un & sonus=son) on dit que les voix chantent à l’unisson quand on chante sur la même hauteur (ou à l’intervalle d’octave) → Impression d’une voix seule ! (cf. chant grégorien)

    TESSITURE : ensemble des notes qui conviennent le mieux à une voix : c’est l’intervalle entre la note la plus aiguë et la plus grave qu’on peut chanter (échelle des sons)

    REGISTRE : classification des voix par rapport à leur hauteur et leur sexe ; on parle de registre de basse, de baryton…

    VOIX DE TETE : lorsque l’on ne chante pas avec notre voix normale (de poitrine), on peut faire résonner des sons dans la tête. Cette voix surprenante à l’écoute peut se travailler pour passer presque inaperçue et l’on gagne ainsi en tessiture.

    VOIX EGALES : voix d’hommes seules, de femmes seules, d’enfants seules (ou jeunes enfants n’ayant pas encore mués & femmes) ; rappel : enfants avant de muer = voix de femmes soprano

    VOIX MIXTES : voix d’hommes et de femmes (et/ou voix d’enfants) ; on parle souvent d’un Chœur mixte (donc composé d’hommes et de femmes).

    CHANT RESPONSORIAL : alternance entre un soliste et un groupe ou chœur (prêtre/assemblée, chef de tribu puis tous répondent…)

    ECRITURE HORIZONTALE (canon, fugue, imitations…) ou VERTICALE (choral…).


    Parler de l’harmonie


    > modulant (tons voisins, tonalité éloignée) ou stable ?
    > dissonant ou consonant ?
    > résolution d’accords ?
    > chromatisme harmonique ?
    > pédales harmoniques (de tonique ou dominante), quinte à vide ?
    > progression harmonique ? cycle des quintes ?
    > Tonal, atonal, polytonal, microtonal, sériel, pentatonique, modal ?
    > Mouvements parallèles : 5te ou 4te parallèles ; 3ce ou 6te parallèles
    > pédales harmonique : pédale de tonique ou dominante...
    > quintes à vide (comme dans la musette) ?


    Quelques définitions :

    Tonalité : “système organisé autour d’un accord parfait central” (Ch. ROSEN)
    Atonalité : “rencontres de sons inanalysables par une pensée tonale rationnelle” (P. BOULEZ)
    Dodécaphonisme : composition avec les 12 sons sans hiérarchie des valeurs.
    Sérialisme (issu du dodécaphonisme) : séries de hauteurs du son et durées et timbres et intensités.

    Microtonalité : “viendra le temps de poursuivre la division du 1/2 ton” (B. BARTOK)



    • Blogger Comments
    • Facebook Comments

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Item Reviewed: Comment parler de Rating: 5 Reviewed By: nicolas martello
    Scroll to Top