728x90 AdSpace

  • Latest News

    vendredi 25 janvier 2013

    Corelli - Sonate n°12, opus 5, La Folia (2)



    Effets d’enchaînements et de ruptures.

    Alternance vif / lent.

    Dans cette pièce on découvre 3 cycles bien distincts :
    * Thème ==> Variation 7 : Tempo rapide avec une progression rythmique de + en + rapide

    * Variation 8 ==> Variation 16 : alternance du tempo Lent / Rapide.

    * Variation 17 ==> à la fin : Tempo rapide avec une certaine stabilité.


    Le thème :





    1ère variation :

    Appuis sur le 2ème temps toutes les deux mesures. La variation a un schéma harmonique. La basse a une harmonie plus complexe, car les accords sont tous chiffrés.
    Ici les 9èmes sont des retards.
    Le 1er temps est identique à la basse du thème.


    2ème variation :

    Basse idem thème. Arpèges sur la partie du violon. A l’intérieur de l’arpège, on retrouve les notes de la mélodie.


    3ème variation :

    Dialogue entre violon et la basse.
    Rythme diminue : les triolets remplacent les 4 doubles croches.
    La mélodie s’éloigne peu à peu du départ. La ligne mélodique est squelettique.
    Chromatisme do do# ré des mesures 6 et 7 disparaît.


    4ème variation :

    Appuis sur le 1er temps avec doubles cordes.
    Rythme : soupir – noire – noire de la variation 1 est retrouvé à la basse.
    Basse avec des octaves.


    5ème variation :

    4è et 5è variations sont inversées au niveau du rythme. C’est un échange des deux voix.
    Tempo est lent.


    6ème variation :

    Appuis du 2ème temps à la basse en octave.
    Arpèges au violon.
    Variation très technique.


    7ème variation :

    Rythmes inversés par rapport à la variation 6.
    Alternance rythmique chez le violon : blanche – soupir et 2 noires – soupir.
    Appuis sur le 1er temps.
    Jusqu’ici le système évoqué est : une accélération progressive.

    8ème variation :

    A partir de la : rupture dans le tempo. Alternance tempo lent et rapide.
    Dans cette variation le tempo est lent.
    Articulations variées chez le violon (lié par deux).
    Retour du chromatisme dans les mesures 6 et 7 : do do# ré.

    9ème variation :

    Variation divisée en deux avec échange des rôles entre le violon et la basse.
    Le tempo est rapide.
    Le violon conserve des notes de la basse. Le squelette se retrouve dans les deux parties.
    Simplification de l’harmonie.


    10ème variation :

    Changement de mesure : 3/8.
    Violon : 1ère note grave, dernière aiguë.
    Harmonie simple.
    Grande succession de chiffrage 6.

    11ème variation :

    On s’éloigne un peu plus du thème initial.
    Mesure à 4 temps. C’est la première fois.
    Retour du rythme noire pointée – croche.
    Régularité de la basse causée par les 4 doubles.
    Seulement 8 mesures.
    Retour, un peu, de la mélodie.
    Dans toutes les variations à 4 temps, il y a seulement 8 mesures (Variations 11 – 12 – 13).

    12ème variation :

    Eloignement du thème par rapport au rythme.
    Plus de souvenir du rythme de la sarabande.
    Retour, léger, de la mélodie.

    13ème variation :

    Basse identique que la variation 12.
    Violon est mesuré en 12/8 et la basse en 4/4. (Ecriture plus simple).

    14ème variation :

    Tempo lent : adagio.
    Retour au ¾. L’harmonie est décalée : exemple : dans les 4 premières mesures on trouve l’enchaînement tonique/dominante mais dans une même mesure.
    Variation ou l’on s’éloigne le plus du thème.
    Mesures 6 et 7, hémioles : blanche – deux noires liées – blanche (a cheval sur une mesure). Sur le violon et la basse. Ceci se retrouve souvent dans les cadences des menuets.

    15ème variation :

    Elle est enchaînée à la 14ème.
    La basse, ici, est une diminution de la basse de la variation 14.
    Le violon revient au rythme de la sarabande : noire – blanche qui était perdu depuis longtemps.
    La mélodie est presque identique à la variation 14.

    16ème variation :

    Retour du tempo allegro.
    Retour du rythme noire pointée – croche à la basse puis au violon. Echange en superposition.
    Harmonie identique du thème.
    A partir de cette variation on retrouve un mouvement allegro jusqu'à la fin de l’œuvre.
    C’est la fin de la période de contraste et d’alternance du tempo.
    Utilisation de la tierce picarde.

    17ème variation :

    Harmonie enrichie à peu près à l’identique de la 1ère variation avec notamment les retards et la 9ème.
    Tensions rythmiques causées par les syncopes.

    18ème variation :

    Retour à la virtuosité.
    Dialogue entre les voix.
    La première partie a un mouvement descendant, alors que la deuxième a un mouvement ascendant.


    19ème variation :

    On s'éloigne du style de la sarabande pour laisser la place à un travail de contrepoint à 2 voix.
    Dialogue rythmique : noire – 2 croches – noire.


    20ème variation :

    Allusion à la forme type de danses    ||: A :||: A’ :||
                                                                I   V V     I
    Pour faire cela, il change l’harmonie à la mesure 8 pour arriver sur la dominante.


    21ème variation :

    Forme de danse.
    Echange dans le système rythmique entre la variation 20 et 21.

    22ème et 23ème variations :




    Elles sont semblables.
    Echanges rythmiques.
    La variation 23 marque la fin du 3ème cycle.
    La variation 22 possède une cadence finale répétée.
    La variation 23 est plus longue : 20 mesures.


    La folia est une pièce réfléchie. C’est plus un cycle de variations de compositeurs. Ce cycle, la follia, a servit de modèle, de référence aux violonistes à partir du XVIIIème siècle.

    • Blogger Comments
    • Facebook Comments

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Item Reviewed: Corelli - Sonate n°12, opus 5, La Folia (2) Rating: 5 Reviewed By: nicolas martello
    Scroll to Top