728x90 AdSpace

  • Actualités

    mardi 25 septembre 2012

    Psychédélisme et rock




    LE PSYCHÉDÉLISME ET SON INFLUENCE SUR LE ROCK


    L'été 1967, le "summer of love", qui a vu naître il y a quarante ans le mouvement hippie, marque aussi l'essor du psychédélisme. Retour sur une révolution multiforme qui a bouleversé la musique, l'architecture, la littérature, le design, le cinéma et les arts plastiques.
    Le monde connaît un souffle de révolution poussé par une jeunesse désirant s’affranchir définitivement des valeurs du passé.
    Le "summer of love" n'a pas été seulement celui de la musique pop : il a déclenché une mutation dans tous les domaines artistiques. Il marque l'apparition de l'usage expérimental de drogues hallucinogènes et du psychédélisme. La période psychédélique a produit de nombreux courts métrages qui en reflètent l'esthétique : enchevêtrement, courbes sinueuses, flux, hallucinations...
    En 1967, le monde découvre les premiers albums des Pink Floyd, des Doors, de Jimi Hendrix et la célèbre pochette du disque Sgt. Pepper's lonely hearts club band :



    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sgt._Pepper's_Lonely_Hearts_Club_Band_(album)



    >> Le meilleur et le plus influent album de tous les temps par ses innovations musicales (renversements des bandes, superpositions d'instruments, fanfares et cordes, bruits divers, etc., il est classé nº 1 en Angleterre dès le 8 juin suivant et nº 1 aux États-Unis le 1e juillet 1967 ; Sur la pochette, le parterre de fleurs, formant le nom des Beatles, cache des plants de marijuana. Y figurent aussi un bouddha, une poupée portant une écharpe avec l'inscription « Bienvenue aux Rolling Stones », et une image du cinquième Beatles, Stuart Sutcliffe, décédé. Figurent aussi de nombreux personnages connus : Karl Marx, Einstein, Marlene Dietrich, Oscar Wilde, Bob Dylan, Fred Astair, Karlheinz Stockhausen... 
    >> paroles décrivant la routine de la vie : « Woke up, fell out of bed, Dragged a comb across my head, Found my way downstairs and drank a cup, And looking up, I noticed I was late. » (Je me lève, tombe du lit, et me coiffe. Je descends les escaliers et bois un café. Je lève la tête et remarque que je suis en retard).
    >> atmosphère psychédélique qui règne autour de la production de Sgt. Pepper, A Day in the Life est souvent considérée comme le joyau de l’album, tant dans sa conception que par son contenu. Elle est également remarquable pour les paroles surréalistes, l'aspect musicalement impressionniste, les techniques de production innovantes et l'arrangement orchestral complexe comportant une montée cacophonique et partiellement improvisée
    @ http://fr.wikipedia.org/wiki/A_Day_in_the_Life


    Définition


    Plusieurs définitions du psychédélisme. Selon Timothy Leary, théoricien et acteur du mouvement, « une expérience psychédélique est un voyage dans de nouveaux champs de conscience » (Manuel Psychédélique, 1964).
    Psychédélisme s'apparente à une tentative d'élévation au-dessus du réel, pour aboutir à un degré supérieur de conscience. C'est là que certaines drogues interviennent : le LSD, la Mescaline, plus quelques acides et champignons... Hallucinogènes, elles deviennent « psychédéliques » par leur capacité à « ouvrir les portes de la perception ». La drogue est l'instrument « mystique » : le moyen de découvrir quelque chose de caché !
    Engouement pour les drogues hallucinogènes, combiné à une fascination pour les mystiques orientales (bouddhisme, hindouisme et multiples dérivés sectaires de ces deux religions) et certaines idées de la gauche révolutionnaire : société excédée par la Guerre Froide.


    Origine du mouvement


    Depuis le 18ème siècle, les écrivains sont acquis à l'orientalisme. Ils attendent néanmoins la fin du romantisme pour s'essayer massivement aux drogues venues du lointain : le haschisch et l'opium.
    1860 : Charles Baudelaire publie « Paradis Artificiels » : il examine l'inspiration poétique procurée par les drogues hallucinogènes / la littérature crée des mondes imaginaires (et artificiels !) qui se substituent au réel.
    Rimbaud va plus loin. Dans sa correspondance et ses œuvres, il affirme que la poésie se doit d'accéder à un état supérieur de vision, échappant à celle du commun. De ce fait, elle doit devenir voyante, illuminée. Cette idée, enrichie par les œuvres de Mallarmé ou Apollinaire finit par aboutir dans les années 1920 au mouvement Surréaliste, lui-même né du Dadaïsme, qui refusait les codes culturels et les valeurs de l'Occident.
    Parallèlement, l'orientalisme subit un nouvel essor, religieux cette fois-ci. Encouragés par les philosophies de Nietzsche et Schopenhnauer, des écrivains s'intéressent de près au bouddhisme et suscitent un début d'engouement populaire.
    Se développe aussi le mouvement naturiste (prônant le retour à la terre, la nudité et l'alimentation végétarienne... idées inspirées d'une vision orientale du monde).
    Les écrivains de la Beat Generation apparaissent à la fin de cette évolution et à l'aube de l'ère Hippie. Jack Kerouac, Allen Ginsberg ou William S. Burroughs dénoncent le puritanisme et l'hypocrisie de la société américaine. Mais ils ajoutent à cette opposition la quête post-romantique d'un absolu, qui passe aussi bien par le mysticisme oriental que par l'expérience de la drogue ou la sexualité débridée.
    C'est donc un mouvement héritier du surréalisme, dont il conserve le principe d'exécution - la fameuse « écriture automatique » censée ouvrir les valves de l'inconscient - et quelques techniques comme le collage. Tous écoutent du jazz moderne, une musique déjà marquée par la drogue, dont les multiples ruptures sonnent comme une provocation.
    Dans les années 50, en Californie, où de nombreux écrivains les rejoignent (Aldous Huxley, qui publie ses mémorables « Portes De La Perception » en 1954). Cette installation va donner naissance au mouvement beatnik, le premier à adopter le psychédélisme, avant que les hippies prennent la relève.


    Le rock psychédélique :

    Aux USA :

    Les 13th Floor Elevators, groupe texan considéré aujourd'hui comme l'archétype du groupe psychédélique, sont les premiers à définir leur musique comme étant du "rock psychédélique". Dès janvier 1966 ils impriment une carte de visite à leur nom et portant la mention "psychedelic rock". Ce style était particulièrement caractéristique des groupes de la côte ouest des États-Unis (Californie), tels que Grateful Dead, Quicksilver Messenger Service, Tommy James and the Shondells, Jefferson Airplane, et aussi les Seeds, Love et Spirit avec son album Twelve dreams of doctor sardonicus. Des formations de blues-rock, comme Jimi Hendrix (avec sa chanson "Purple Haze") et les Doors ont subi l'influence du mouvement et ont contribué à son succès.

    Avant le psychédélisme :
    — groupes anglais (Beatles, Stones...)
    — le surf, folk, bluesgrass, rock, country, R'n'B
    — protest song (Bob Dylan)
    Puis George Hunter fonde "Les Charlatans" : 1er groupe psychédélique de San Fransisco. Hunter n'est pas musicien mais plutôt graffiste et il va choisir de bons musiciens pour fonder son groupe.
    Ce groupe créer le 1er poster psychédélique.
    Il va y a voir un son San Fransisco...

    rq : LSD en vente libre jusque 1966. C'est une arme de guerre à l'origine (susbstance que l'on peut propager dans l'eau par exemple pour mieux déstabiliser l'ennemi... !!)
    Dans le LSD, il y a un aspect idéologique : accéder à un autre niveau de conscience / une autre vision du monde.
    Libère la musique : paroles à double sens / durée libérée (long voire très long morceaux)
    >> censure des maisons de disques aussi.

    vidéo : "Dark stars part 1" - part 2 - part 3 du Grateful Dead. Long morceau de 23 min.


    Il faut souligner le rôle des universités américaines (où il y a des radios libres) comme Berkeley à San Fransisco : révolte politique (contre la guerre du Vietnam). les manifestations se font toujours avec des fonds sonores (des groupes qui jouent).

    écoute : "Sweet Lorraine" (1972) de Uriah Heep (album The Magicians Birthday). De nombreux effets sonores et on y entend le célèbre synthétiseur "Moog".


    Très rapidement, va se poser le problème des salles de concerts. Ainsi vont se créer des grands lieux avec des salles dédiées : Avalon, Fillmore et Matrix (où Jefferson Airplane se produit en 1965). Les concerts sont très souvent accompagnés de lights shows (projections de diapo, film, lumières...). La plupart des groupes ont leur projectionniste mais parfois les salles ont une personne qui s'occupe du light show.

    vidéo : White Rabbit de Jefferson Airplane : évoque Alice au pays des merveilles.


    Les "diggers" : groupe radical libertaire qui veut se réapproprier les choses / récupération des biens : monde en autarcie, autonomie.

    1967 : afflux de jeunes vers San Fransisco. Pose des problèmes de logement (et des bad trip au LSD).
    Les diggers vont organiser des concerts (ils aiment "Mad River" : 1er groupe à enregistrer sous prise d'acid).

    écoute : "Eastern light" de Mad River




    Groupes :

    — Big brother (1er groupe de Janis Joplin)
    — Quicksilver messenger service (avec le titre fameux : "Would do you love" de 25 min) : groupe qui ne cherche pas la reconnaissance ni l'argent. Il ne sort pas de San Fransisco / pas de tournées... Le guitariste du groupe est très bon et son jeu est caractérisé par le vibrato.


    vidéo : Who Do You Love des Quicksilver messenger service.


    À Los Angeles :

    plus d'orgue dans la musique
    plus pop
    plus spectaculaire / commercial
    influence du cinéma
    À New York :

    le groupe "The Velvet underground" ou "Funkadelic"
    un peu d'influence anglaise
    rôle du label ESP (défend une musique très free : free rock, free jazz...)

    vidéo : Funkadelic - I Got A Thing 1970


    À Boston :

    Il y a un véritable boston sound.


    Les grands festivals :

    Monterey (été 1967) : les Who et Hendrix y jouent. C'est l'apogée du mouvement psychédélique.
    Woodstock (été 1969) : c'est le déclin. Trop de monde... difficile à gérer. ça dégénère trop (cf. festival d'Atlanta : quelques morts)


    En Angleterre :

    En Grande-Bretagne, la « révolution » psychédélique s'est produite plus tard, mais son impact n'en a pas été moins significatif sur la scène rock. D'abord les Pink Floyd avec leur premier album The Piper at the Gates of Dawn, presque entièrement composé par Syd Barrett, l'un des précurseurs de la musique psychédélique, ainsi que des artistes confirmés comme Eric Burdon des The Animals, The Who, les Beatles et même les Rolling Stones ont composé nombre de chansons aux accents psychédéliques.


    1965 : Donovan
    1966 : Beatles
    Et surtout les Pink Floyd : vont modifier la conception de la musique. Vont imposer un "son Pink Floyd".
    Aussi : The Who, Jimi Hendrix

    Le lieu de création c'est Londres.
    Club : UFO qui organise des soirées (ne pas confondre avec le groupe UFO ).

    vidéo : Soft Machine Live at UFO in 1967


    On note aussi la création de jounraux (comme l'International Times ).
    Premières manifestations : mélange vidéo, poésie, musique...
    Syd Barret (très accros à la drogue) quitte le groupe des Pink Floyd mais le succès du groupe ne s'arrête pas.
    Soft Machine : autre groupe psychédélique qui mélange jazz rock et fusion.

    vidéo : Soft Machine-Moon In June-Bilzen Festival-August 22, 1969


    Et un nouveau genre de musique se créer : l'acid-folk (folklore rénové avec des instruments électriques).
    Un groupe se créer à l'image des "diggers" des USA : "The deviants" (groupe radical).

    Quelques festivals ont également marqué l'histoire du pays : à White par exemple.


    Conclusion

    Mais fin des années 60 : le monde n'a pas tant changé que ça, à part une libération sexuelle...
    Difficile de caractériser l'esthétique psychédélique... Musicalement, le rock psychédélique se doit d'être planant, d'accompagner au mieux l'auditeur dans un trip. Ce qui passe par un certain nombre de stratégies (transes répétitives, dissonances, effets électroniques, etc.)
    Le psychédélisme - en tant qu'idée - sera définitivement enterré avec les décès de Jimi Hendrix, Janis Joplin, puis Jim Morrison en 1970 et 1971. Inspiratrices d'antan, les drogues seront désormais perçues comme des assassines potentielles.
    Date importante musicalement : 1969 - année de Woodstock, ses 400 000 spectateurs et son idéal « Peace And Love »
    Le festival fut le point culminant de la contre-culture et de l'anti-capitalisme des années 1960 et de la culture hippie.


    Liens


    @ http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychédélisme
    @ http://fr.wikipedia.org/wiki/Rock_psychédélique
    @ http://fr.wikipedia.org/wiki/Pop_Art
    @ http://fr.wikipedia.org/wiki/Op_Art


    • Blogger Comments
    • Facebook Comments

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Item Reviewed: Psychédélisme et rock Rating: 5 Reviewed By: nicolas martello
    Scroll to Top