728x90 AdSpace

  • Actualités

    samedi 15 septembre 2007

    Présentation synthétique des oeuvres de Jimi Hendrix


    par Claude Jouanna, professeur au lycée Philippe Lamour de Nîmes.

    Les textes

    • 2 reprises : All along …(Bob Dylan) et Hey Joe (B. Roberts) d'après un arrangement de Tim Rose

    • 3 créations de Hendrix : Purple Haze à la suite d'une lecture de sciences –fiction, If six was nine , Voodoo child (slight return) .

    Le contenu

    La révolte ( All along… ), la provocation ( Hey Joe), le rêve et l'inspiration psychédélique ( Purple Haze , Vodoo Chile ), l'affirmation de sa marginalité (If six was nine )

    La forme musicale

    Les cinq chansons suivent une structure strophique avec des solos de guitare parfois introduits par des éléments de transition (« ponts »). A signaler, les quatre solos de guitare entre les couplets 2 et 3 de All along… et la structure particulière de If six was nine dont la seconde partie beaucoup plus libre perd tout équilibre formel (strophes parlées de longueurs inégales).

    Styles musicaux et influences

    Hendrix est réputé comme représentatif d'une tendance annonçant le hard rock par l'énergie rythmique et sonore de sa musique dans laquelle l'emploi des effets de saturation, de distorsion contribuent à donner une matière sonore assez brute et agressive. En concert, Hendrix amplifie sa guitare d'un « mur de Marshall » surpuissants et donne à sa musique une variété de palette sonore jusque là inédite. Si la rythmique binaire de ses chansons s'inscrit dans la tradition musicale du rock, les influences extérieures au rock sont nombreuses :

    - Le Blues, et plus particulièrement le Blues lancinant de la région du delta du Mississipi, avec sa tradition du guitariste chanteur au chant lancinant, installant le plus souvent un dialogue entre la voix et l'instrument avec des formules d'accompagnement en ostinato basée sur des degrés simples (I-IV-V, VI) : Hey Joe , Voodoo child (slight return) , If six was nine

    -Le Rythm'and Blues par l'énergie rythmique, la pulsation marquée et le jeu de scène exubérant ( Purple Haze , quatrième solo de all along … ).

    - la musique folk (Bob Dylan)

    - le jazz : batterie parfois ternaire sur Hey Joe ou If six was nine , harmonie enrichie d'accords complexes (neuvièmes altérées dans Purple Haze , If six was nine ). Mitch Mitchell était d'ailleurs un batteur issu du jazz.


    Le son

    La diffusion

    La Stratocaster d'Hendrix était équipée de trois micros avec 2 potentiomètres de tonalité qui permettent de moduler les fréquences et un modulateur de volume. En général, le signal électrique envoyé par les micros de la guitare passent par des modules électroniques, sous forme de boîtes ou pédales d'effet, qui le modifient avant qu'il ne soit amplifié. On peut combiner les réglages à loisir et Jimi Hendrix utilisait aussi l'effet de saturation ( larsen ) obtenu en orientant les micros de la guitare vers l'ampli. Il en jouait comme d'une nouvelle matière sonore s'ajoutant aux différentes transformations du son par les pédales d'effets, et tout particulièrement en concert. Il n'y a pas de pédale d'effets dans Hey Joe dont le son de la guitare se veut proche de celui des guitaristes de Blues comme Muddy Waters.

    Les effets

    • La pédale fuzz : effet de distorsion créé par un effet de saturation. Le signal est écrêté : le son perd une partie de ses caractéristiques et se salit d'un bruit parasite. Très utilisée dans Purple Haze et If six was nine , de façon alternative dans Voodoo child (slight return) .

    • La pédale octavia : effet inventé en 1967 pour Hendrix par Roger Mayer : distorsion qui amplifie considérablement les premières harmoniques du spectre, en particulier, l'octave (1 ère harmonique). Utilisée uniquement dans Purple Haze (solo à 1, 19 + Coda)

    • La pédale wah-wah : effet très spectaculaire consistant à filtrer les fréquences (c'est-à-dire à retenir une partie de ses composantes harmoniques). La wah-wah est un filtre passe-bas, c'est-à-dire qu'il ne laisse passer que ce qui est en dessous d'un certain seuil de fréquence (nommé fréquence de coupure). Plus le seuil est élevé (pédale relevée), plus il reste du son initial et plus le timbre est clair. Plus le seuil est bas (pédale baissée), moins il reste du son initial et plus le timbre est sourd. Avant d'être un effet de guitare, c'est une sourdine utilisée par les cuivres (trompettes, trombone), dans le jazz. Utilisation très marquée de cette pédale dans le 3 ème solo central de All along… , ainsi que dans le riff d'introduction de Voodoo child (slight return).

    Les modes de jeu

    Hendrix était gaucher (c'est la main gauche qui fait vibrer les cordes) mais utilisait une guitare de droitier montée à l'envers (la corde grave est la plus longue et les boutons de contrôle se trouvent au-dessus.

    • Le bend : le doigt qui appuie sur la corde la déplace en même temps, créant un effet de glissando sur un intervalle assez réduit (de ¼, à 1 ton, voire plus de temps en temps). Bends variables selon le sens du déplacement (vers le haut ou le bas), l'amplitude et la vitesse du mouvement. Très fréquent (surtout dans Purple Haze et Voodoo child (slight return) , le bend marque la proximité musicale du blues.

    • Le vibrato : obtenu par un bend rapide et répété ou par un dispositif équipé d'une tige reliée à un cordier mobile, modifiant la tension des cordes. Vibrato sur les tenues du riff de Purple Haze (la et mi), et sur les solos de guitare ( Purple Haze, all along …)

    • Le slide : son glissé obtenu, au lieu de pousser la corde comme dans le bend, en faisant glisser le doigt le long de la corde. Les slides de grande amplitude peuvent parfois être obtenus par des moyens inattendus : manche de la guitare frotté le long du pied de micro ( If 6 was 9 ), briquet glissant le long des cordes ( All along …). On a là encore l'héritage du Blues avec l'utilisation du « Bottleneck » (goulot de bouteille).

    • Les cordes étouffées : A de nombreuses reprises, Hendrix pose sa main droite en travers des cordes pour les empêcher de vibrer. En les pinçant de l'autre main, il obtient ainsi un son percussif qui renforce la dimension rythmique de son jeu. Dans Hey Joe , la guitare d'accompagnement marque ainsi les temps 2 et 4 dès le couplet 1, épaississant l' off-beat de la caisse claire. On entend ce son de cordes étouffées mais modulée par la pédale wah-wah pendant les 10 premières secondes de Voodoo child (slight return).

    Les paramètres technologiques de l'enregistrement

    L'enregistrement en studio participe de la recherche sonore : le choix de prise de son (niveaux de réglage voix/ instruments), l'ajout d'effets électroniques, les opérations de mixage et d' overdubbing que permettent la technique du multipiste fait de l'ingénieur du son un partenaire musical à part entière. Hendrix collaborait étroitement avec ses techniciens du son (Eddie Kramer, José Mayer) et à investi à la fin de sa vie dans la construction de son propre studio à New-York : Electric Lady Studio (été 1970) dont il ne pourra malheureusement pas beaucoup profiter (il meurt le 18 septembre 1970). Parmi les manipulations effectuées dans le travail en studio, on peut distinguer :

    • Le delay : à l'époque d'Hendrix, les delays sont encore des dispositifs avec bande magnétique (tape delay). Effet d'écho dont le résultat est très variable en fonction du nombre d'échos et de la durée séparant les échos. Si le temps est très bref de l'ordre de quelques millièmes de secondes, l'effet tend vers la réverbération. Pas toujours facile à percevoir, on l'entend dans le second des quatre solos centraux de All Along …(passage en slide)

    • La réverbération : prolongation artificielle du son, comme s'il était réfléchi par les murs d'une salle. Le résultat dépend du dosage des paramètres : durée, enveloppe dynamique, spectre, etc…Plus la réverbération est forte, plus le son semble venir de loin. Dans Purple Haze , la réverbération affecte surtout la voix principale (voix moins réverbérée dans les autres chansons excepté dans If six was nine ). Dans All along… , la réverbération affecte davantage l'accompagnement.

    • L'effet panoramique : permet de dissocier voix/instruments en spatialisant des éléments sur l'une ou l'autre voie de la stéréophonie. Dans le mix d' Hey Joe , le chœur chante à gauche, et la guitare soliste joue à droite. De la même façon, les couplets de Purple Haze et de If six was nine séparent la voix à droite et la guitare à gauche. Les déplacements latéraux sont nombreux dans les solos de If six was nine , de All along… , et de Voodoo child (slight return)

    Conclusion

    Le style unique de Jimi Hendrix résulte de la synergie de tous ces effets sonores résultant d'une capacité d'intégration alliée à une curiosité constante du musicien, l'amenant à expérimenter lors de fameuses jam-session avec toutes sortes de moyens et de musiciens différents : orgue Hammond de Stevie Winwood et basse de Jack Cassady ( Voodoo Child ), expérimentation en studio uniquement (If six was nine). Il semble que Jimi se soit trouvé rapidement à l'étroit avec le trio « Jimi Experience » (Noël Redding à la basse et Mitch Mitchell à la batterie) car il voulait tenter de nouvelles expériences et aller toujours plus loin dans ses recherches sonores (un projet avec Miles Davis et l'arrangeur Gil Evans était envisagé). En cela la chanson If six was nine reste la plus représentative de la marginalité d'un musicien toujours en mouvement, ne se figeant dans aucun courant, dans aucune mode, mais jouant aussi avec sa santé par la prise de drogues et par un rythme de vie épuisant.


    • Blogger Comments
    • Facebook Comments

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Item Reviewed: Présentation synthétique des oeuvres de Jimi Hendrix Rating: 5 Reviewed By: nicolas martello
    Scroll to Top