À propos de la musique norvégienne


La Norvège appartient à la culture de l’Europe occidentale. La musique d’art européen et la musique populaire ont eu une influence marquante sur la musique norvégienne. Dans la musique vocale, les genres anciens et les styles d’interprétation traditionnelle ont disparu depuis longtemps. Et pourtant, quelques réminiscences de la musique ancienne se reflètent encore dans certains genres musicaux d’aujourd’hui.

Musique vocale

Les danses chantées ont disparu avant le commencement du collectage des musiques traditionnelles. Quelques chants calendaires et chants de travail subsistent.
Des berceuses, airs religieux, anciennes ballades et mélodies pour la poésie populaire norvégienne sont connus sous le nom de stev.
Les appels du bétail lokk très particuliers sont rarement entendus dans leurs contexte original. Les lokk sont un mélange de cri, chant et parler avec un registre suraigu dans un mélisme composé d’intervalles inhabituels. L’ambitus des berceuses ne dépasse pas la quarte ou la quinte avec la tierce comme degré central. Les mélodies religieuses constituent la plus grande catégorie de musique vocale en Norvège.
Elles ont un caractère modal, et sont partiellement syllabiques et partiellement mélismatiques.
Plusieurs ballades traditionnelles ont été collectées à Télémark avant 1875 et présentent un héritage musical rural.

Le stev


La poésie populaire norvégienne s’appelle stev et existe sous deux formes : l’ancien stev (gammelstev) et le nouveau stev (nystev). L’ancien stev, proche de la ballade concernant le mètre et le rythme, était très populaire jusqu’en 1800 avant d’être remplacé par le nouveau stev. Les stevs sont habituellement chantés dans le style parlando-rubato sur une base rythmique asymétrique.

Instruments de musique

Certains instruments anciens n’existent plus comme les hochets et les rhombes. Les instruments à anche sont le chalumeau idioglotte halmpipe, la clarinette (seulement après 1800). Les trompes lur sont de diverses tailles de 60 cm à 200 cm. Les flûtes en bois, en os, sont souvent fabriquées par les joueurs eux-mêmes. La flûte seljefloyte est une flûte sans trous pour les doigtés et ne produit que des sons harmoniques.
La guimbarde munharp existe en Norvège depuis le Moyen Âge.
La cithare langeleik possède une seule corde mélodique et de trois à sept cordes sympathiques.
Le violon, instrument populaire le plus important du XVIIIe siècle, évolua sous forme de deux factures différentes ayant chacune leur propre répertoire : le violon ordinaire et le hardingfele joué en Norvège de l’Ouest (de Hardanger à Sunnfjord et dans les vallées de Norvège centrale). Le Hardingfele (violon de Hardanger) était fabriqué uniquement par les Norvégiens depuis 1860. Cet instrument a quatre cordes principales et quatre cordes sympathiques mises en résonance comme bourdons variables en dessous et au dessus de la mélodie principale. L'instrumentiste peut ainsi créer un effet harmonique en arrêtant en même temps la corde mélodique et la corde sympathique par l’index de la main gauche pendant le jeu.

par Tran Quang Haï, ethnomusicologue.