#edmus search

Petite histoire de l'enregistrement du son


Les précurseurs

1857 - Léon Scott de Martinville, typographe français, prend le brevet n°31470 sous le nom de "phonautographe" pour un dispositif permettant de visualiser une image des ondes sonores sur une plaque de verre enduite de noir de fumée.

Avril 1877 - Le poète et savant Charles Cros dépose à l'Académie des Sciences de Paris un pli cacheté décrivant un procédé permettant de reporter par photogravure le sillon obtenu avec le phonautographe. Le sillon peut être gravé en creux ou en relief, ce qui permet la reproduction sonore par l'entraînement d'un style placé dans le sillon et solidaire d'une membrane.

Déc. 1877 - Thomas Edison dépose aux États-Unis un brevet théorique sur les diverses méthodes d'enregistrement et de reproduction du son. Dans une addition du 15 janvier 1878, il décrit le phonographe. La nouveauté par rapport au système de Charles Cros réside dans la disposition du sillon sur un cylindre, suivant une hélice. Un papier d'étain sert de support à l'enregistrement et subit une opération d'emboutissage qui creuse un sillon.

Mai 1878 - Charles Cros dépose en France un brevet n°124213 où l'on trouve :

- le tracé ondulé en profondeur déjà décrit en avril 1877
- le tracé ondulé latéral qui correspond à l'enregistrement moderne
- une première description d'un enregistrement électrique des sons.

Ce brevet décrit également la duplication par moulage du sillon en creux ou en relief.
Charles Cros meurt dans le dénuement le 9 août 1888.


L'expansion aux États-Unis


1885 - Graham Bell, l'inventeur du téléphone, et Charles Summer Tainter reprennent l'invention d'Edison et imaginent le "Graphophone" en utilisant, au lieu de papier d'étain, une cire déposée sur un cylindre de carton. Le procédé sera industrialisé par la firme Columbia.

1887 - Émile Berliner, un Allemand émigré aux Etats-Unis, invente le disque qu'il appelle "Gramophon". Le tracé est enroulé en spirale à plat sur un disque de zinc enduit de cire. Le sillon est ensuite creusé en attaquant avec de l'acide chromique le zinc mis à nu par la gravure.

Mai 1888 - Berliner prophétise l'avenir du disque dans son usage domestique. Il imagine également la duplication par procédé galvanique à partir de la gravure originale sur zinc.

1889 - Les premiers journaux parlés sur cylindre font leur apparition.

Certains enregistrements de pièces de théâtre sont aussi exécutés.

La Columbia Phonograph vend des appareils utilisés comme machines à dicter dans les bureaux des ministères de Washington.

1890 - La Columbia Company fabrique de 300 à 500 cylindres (de deux minutes) par jour, enregistrés en gravure directe (trois cylindres simultanés par un chanteur, ou dix cylindres par un orchestre de cuivres).

1891 - Premières machines à sous diffusant de la musique enregistrée (une machine à sous dans un drugstore de New-Orleans pouvait rapporter jusqu'à 500 dollars par mois).

1893 - Débuts à faible échelle de l'industrie du disque par la United States Gramophone Company créée par Berliner. Les appareils de reproduction, d'un coût de 12 dollars, sont encore actionnés à la main.

1894 - Edison, enfin convaincu que le phonographe est un appareil destiné au grand public, décide de commercialiser ses appareils directement, et non par l'intermédiaire de ses filiales peu motivées.

1895-1900 - Guerre acharnée entre les deux groupes Columbia et Edison.

Le prix des appareils à cylindre baisse de 50 dollars (appareils de luxe) à 10 dollars puis à 7,50 dollars (appareils bon marché). La duplication des cylindres est réalisée au moyen d'un pantographe qui permet de faire 25 copies à partir d'un original.

Apparition en Europe d'une industrie phonographique.

1898 - Essor considérable de l'industrie du disque sous l'impulsion de Berliner qui s'associe à trois sociétés chargées respectivement de la vente, de la fabrication et du développement des brevets. Les gramophones sont désormais pourvus d'un moteur à ressort et d'un nouveau diaphragme. Le succès est immédiat. En 1898, la National Gramophone vend pour un million de dollars.

1901 - Dissolution du groupe Berliner, attaqué pour détournement de brevet par le groupe Columbia. Création de la Victor Talking Machine Company et de la Victor Records par Johnson, dissident de la Berliner.

Derniers perfectionnements du disque avec la gravure sur cire, la réalisation d'une matrice de pressage par galvanoplastie, et l'utilisation de la gomme-laque au lieu de l'ébonite.

Columbia développe à ce moment la reproduction des cylindres par moulage mais le tournant du disque est déjà pris.

1912 - Arrêt de la production des cylindres par Columbia.

1919 - Création du premier réseau de radiodiffusion publique par RCA.



En France et en Europe


1889 Premières présentations publiques du phonographe d'Edison à l'Exposition Universelle de Paris.

Le peintre anglais Francis Barrault peint son fameux tableau "His Master's Voice" du chien écoutant le phonographe à cylindre d'Edison.

1893 - Première machine parlante française construite par l'horloger Henri Lioret.

1896 - Création de la société "PATHÉ Frères" à Paris. Le phonographe est dirigé par Émile et le cinématographe par Charles. La société commence par commercialiser les appareils américains Graphophone et Edison, puis se lance dans l'édition de cylindres et la fabrication d'un premier appareil "Le Coq" copié sur l' "Eagle" d'Edison.

1898 - En Angleterre, création de la "Gramophone Company" qui se lance dès le départ dans l'industrie du disque. Francis Barrault retouche son tableau pour remplacer le phonographe d'Edison par le gramophone, et il le vend à la Gramophone Company.

En France, la compagnie PATHÉ achète un vaste terrain à Chatou pour y construire son usine.

1901 - La Compagnie PATHÉ porte son capital à 2 700 000 francs et devient la "Compagnie Générale de Phonographes". Arrêt de l'importation des appareils américains. Début de la duplication des cylindres par moulage.

1906 - Début de la fabrication par PATHÉ des disques plats à gravure verticale dits "disques à saphir".

1922 - Premières émissions de radiodiffusion en Grande-Bretagne (BBC), en Allemagne (RRG) et en France (une station d'État : Radio-Tour-Eiffel) et une Station privée : Radio-Paris).

1925 - Débuts de l'enregistrement et de la gravure électriques grâce aux amplificateurs à lampes. La sonorité des disques 78 tours atteint de ce fait une qualité jusqu'alors inégalée avec un spectre de fréquences élargi (100 à 5000 hertz).


1927 - PATHÉ arrête la fabrication des cylindres (15 ans après Columbia).

1929 - Abandon par PATHÉ de la gravure verticale pour le disque à aiguille à gravure latérale qui devient la norme universelle adoptée par toutes les marques de disques.


La période moderne


1948 - Invention du disque microsillon par P. Goldmark aux États-Unis.

Pour un disque de 30 cm de diamètre, la durée d'audition passe de 5 mn à 30 mn par face. Utilisation d'une matière plastique vinylique incassable.

Début du passage de la gravure directe à l'enregistrement sur bande magnétique.

1957 - Apparition du disque stéréophonique et de la haute-fidélité.

1962 - Premières stations de radio en modulation de fréquence.

1983 - Commercialisation des premiers disques compacts numériques mis au point par Philips en Europe et par Sony au Japon.


Publié par Frémeaux & Associés.