#edmus search

Ethno-organologie


Qu’est ce qu’un instrument de musique ?

Une définition culturelle...

Parmi l’ensemble des objets manufacturés qu’elle utilise, chaque société distingue ceux qu’elle considère comme des instruments de musique et ceux qui ne le sont pas. La cloche par exemple, est reconnue dans la société occidentale du début du XXe siècle comme un instrument signalétique, qu’un clocher l’abrite ou qu’elle tinte au cou d’une bête. En aucun cas elle n’appartient à la catégorie des instruments de musique au même titre que la flûte ou le violon. C’est donc un objet sonore et non un instrument de musique.
On conviendra que si cette limite est un peu floue - que penser du carillon ? - ces définitions fonctionnent au sein d’une société donnée où elles trouvent leur sens. Or, dès que l’on considère un objet au potentiel sonore identique à travers différentes cultures, on constate que les choses ne sont pas si simples. Prenons le cas du hochet. S’il s’agit bien d’un instrument rythmique dans le cas des maracas, c’est en revanche un jouet en plastique destiné à éveiller les sens d’un bébé pour un Français d’aujourd’hui, ou encore, un objet éminemment rituel et de caractère sacré chez les chamanes de Sibérie ou d’Amazonie. Tout cela est relatif et on voit bien que la notion d’instrument de musique est indépendante de la société étudiée, voire du contexte au sein d’une même société (cas du carillon). Ainsi ce n’est pas parce qu’un objet est sonore que c’est un instrument de musique, dans la société considérée.

...et une définition scientifique

Or, la position adoptée par l’ethnomusicologie, en tant que discipline scientifique, est radicalement différente: elle se doit de considérer comme instrument de musique tout objet, naturel ou manufacturé, utilisé pour produire un ou plusieurs sons dans le contexte d’une pratique sonore, quelle qu’en soit la fonction : rite, divertissement, travail, etc.
On voit que cette définition est extrêmement large. Elle inclut par exemple, le temps de leur usage sonore, des objets détournés de leur destination habituelle – c’est ainsi que la planche à laver, washboard, objet domestique s’il en est, est devenu un instrument de percussion! Comment s’y retrouver dans cet univers sonore considérable où le recours aux repères culturels est impossible, car il vient fausser la compréhension de l’objet ?         
Cela est d’autant plus difficile que le scientifique, en l’occurrence l’ethnomusicologue, utilise des termes élaborés par la société occidentale qui a elle même ses référents culturels, sans, quand il les utilise, renvoyer à ces référents! Si on pense au terme hautbois par exemple, il renvoie autant au terme d’usage (ou terme vernaculaire) désignant l’instrument de l’orchestre occidental qu’à la catégorie organologique : le zurna, le hichiriki, le suona.... sont des hautbois, c’est-à-dire des instruments à anche double, de Bulgarie, du Japon, de Chine.
         

Que de confusions possibles !

Car la science, produit d’un même modèle culturel, celui de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord, en utilise les concepts, ce qui prête grandement à confusion dans certains cas. Ce modèle, placé sous le signe d’une rationalité scientifique est perçu comme universel ce qui le rend potentiellement détachable de la civilisation dans laquelle il a vu le jour. Potentiellement... car il reste difficile d’appeler n’importe quel objet sonore «instrument de musique ».
Les mots flûte ou sifflet constituent de bons exemples.  Fonctionnant sur le même principe acoustique, ils appartiennent tous deux à la catégorie des aérophones de type «flûte». Le recours plus spontané aux termes d’usage amène souvent à appeler «sifflet» une flûte globulaire ou une flûte courte dépourvue de trou de jeu sans pour autant savoir si l’instrument est bien un sifflet : car «sifflet» n’est pas une catégorie instrumentale mais seulement le nom vernaculaire d’un aérophone de type flûte utilisé dans un cadre bien déterminé : la signalétique sonore. On oppose flûte à sifflet, dans notre propre culture occidentale, car l’usage de ces deux aérophones se différencie: le premier s’utilise dans un cadre musical (de nos jours et depuis plusieurs siècles), le second sert éventuellement à désigner le dispositif qui caractérise la flûte à bec, c’est-à-dire le principe du conduit d’air, mais surtout, désigne un petit instrument au son aigu utilisé pour signaler sa présence, donner un ordre, attirer l’attention... Si bien que le sifflet est bien une flûte!
D’autres écueils terminologiques nous guettent. On a parlé plus haut du hautbois. Parmi les instruments à cordes, le problème est le même : utiliser comme terme générique pour désigner une famille le nom d’un instrument particulier. Le luth appartient à la famille des luths. La guitare est un luth... Une vielle à roue n’est pas une vièle (attention aussi à l’orthographe) mais une cithare, à ne pas confondre non plus avec le sitar qui est un luth indien. On y reviendra en temps voulu.
D’où l’intérêt, dans les publications de notre discipline, de mettre en italique les termes d’usage, ou termes vernaculaires, et en romain les termes de catégorie pour bien distinguer les niveaux auxquels on se place.

L’organologie, science des instruments de musique

Comme son nom l’indique (en grec, organon signifie instrument), l’organologie est la science des instruments de musique. Elle est née en tant que discipline au XVIIè siècle. Utile à la musicologie (science de la musique classique occidentale), elle l’est aussi à l’ethnomusicologie. On parlera alors d’ethno-organologie.
Elle est à l’instrument ce que la musicologie est à la musique : son but est d’étudier l’instrument de musique. Celui-ci étant un objet tangible et dénommé, toutes les approches possibles doivent être combinées pour parvenir à le comprendre dans sa structure, son histoire, son utilisation musicale et extra-musicale : étude des techniques de fabrication, des techniques de jeu, fonctionnement acoustique, diffusion, contexte de jeu, terminologie et étymologie, sens et symbolique, etc.
La classification n’est qu’un volet de cette science. Elle vise à hiérarchiser et systématiser l’ensemble des instruments de musique à l’intérieur d’une culture donnée (classifications vernaculaires) ou, au-delà des limites culturelles, elle tente de prendre en compte tous les instruments de musique et objets sonores dans le monde dans une démarche scientifique et comparative (la classification de Sachs et Hornbostel en est l’un des meilleurs exemples).

Histoire d’une discipline

Les expositions universelles à la fin du XIXe siècle, font découvrir aux visiteurs divers produits «exotiques» à travers les pavillons des Colonies ; les expéditions de voyageurs qui s’accompagnent de collectes d’objets ethnographiques dévoilent elles aussi un univers lointain jusqu’alors méconnu. On peut vraiment dire que l’enrichissement des collections des musées d’instrument de musique en l’occurrence, se trouve à l’origine de l’évolution du regard porté par l’Occidental sur cet objet particulier.
En 1893 en effet, Mahillon, conservateur du musée instrumental du conservatoire royal de musique de Bruxelles, construit sur le modèle de la classification traditionnelle indienne un système quadripartite reposant sur une question fondamentale: "quelle est la matière vibrante qui produit le son ?". Si cet organologue fut le premier à proposer un système permettant de classer ces instruments «exotiques» pour lesquels la classification occidentale (bois, cuivre, cordes...) convenait fort mal, c’est à deux allemands, Curt Sachs et Erich von Hornbostel que l’on doit la taxinomie utilisée de nos jours et qui s’applique autant aux instruments classiques occidentaux qu’aux "autres".
Il est important de dire que cette taxinomie, dite classification Sachs/Hornbostel, est particulièrement adaptée au monde des musées pour lequel elle a été élaborée à l’origine. Essentiellement morphologique, elle considère essentiellement la nature sonore des matériaux et laisse de côtés toutes données culturelles et musicales (ces dernières n’étant d’ailleurs pas toujours connues).
Elaborée dans le premier quart du 20è siècle, cette classification a été suivie d’autres tentatives qui ont rencontré un succès moindre. André Schaeffner (1895-1980), qui rejoint dans les années 1920 l’équipe du musée du Trocadéro où il est chargé d’organiser le département de musicologie comparée (qui deviendra le département d’ethnomusicologie du Musée de l’Homme), propose une classification bipartite.
D’un côté, on a :
(I) les instruments à corps solide vibrant subdivisés en :
(Ia) non susceptibles de tension (ce sont les idiophones),
(Ib) flexibles ou susceptibles de tension (cordophones et membranophones).

De l’autre côté, on a :
(II) les instruments à air vibrant (aérophones) subdivisés en :
(IIa) air ambiant,
(IIb) cavité libre,
(IIc) instruments dits à vent.
         
Dans le monde anglo-saxon également, de nombreuses tentatives, notamment à l’aide de l’ordinateur qui gère le plus grand nombre de paramètres possibles, seront tentées mais pas adoptées massivement par la communauté scientifique. L'exemple de l'organogramme de Mantle Hood semble peut-être le plus intéressant car il tient compte des contextes de jeu.


La classification organologique Sachs/Hornbostel 

Cette classification universelle et scientifique fut élaborée en 1914 par Curt Sachs (1881-1959) et Erich von Hornbostel (1877-1935). Elle divise les instruments de musique en quatre familles qui sont faciles à retenir puisque tout un chacun peut observer l’élément qui les fonde : la matière sonore. Quel est l’élément principal qui, en vibrant, produit le son et donne ainsi sa "voix" (phoné en grec) à l’instrument ?

La famille des CORDOPHONES correspond aux instruments pourvus de corde(s) dont la mise en vibration par quelque moyen que ce soit (pincement, frappement,  frottement, voire par le fait de souffler) produit un son. La façon dont les éléments structurants sont agencés détermine ensuite les sous-ensembles :

  • arc musical
  • pluriarc
  • harpe
  • cithare
  • luth
  • vièle
  • lyre

         
La famille des MEMBRANOPHONES regroupe les instruments munis d’une ou deux membrane(s) mise(s) en vibration :

  • par frappement, direct ou indirect - ce qui correspond à la majorité de ce que l’on appelle les "tambours",
  • ou par frottement, que l’on peut qualifier de friction, d’où l’expression «tambour à friction».


La famille des AEROPHONES comprend tout instrument fonctionnant avec de l’air, non pas tant que l’on y souffle, comme c’est le cas la plupart du temps, mais bien parce que la matière sonore vibrante est l’air. C’est par la façon dont cette matière sonore est mise en vibration (grâce à l’envoi d’un jet d’air sur un biseau, flûte ; une anche double, hautbois ; une anche simple, clarinette ; par tournoiement d’un objet dans l’air, aérophone à air ambiant...) que l’on détermine les sous-familles.
La dernière famille enfin, celle des IDIOPHONES, rassemble tous les autres instruments qui ne sont ni à corde/s, ni à membrane/s, ni à vent. Ils sont composés de matières rigides (végétales, animales ou minérales: bois, bambou, corne, métal, pierre, plastique, verre...) par opposition aux matières dites souples ou élastiques que représentent les cordes, les membranes et l’air. Les idiophones se subdivisent selon leur mode d’ébranlement. On relève cinq mouvements fondamentaux qui font que l’on va parler d’idiophone par :
  • frappement (ex. xylophone) qui se décline, selon les cas, en:            
    • entrechoc (ex. castagnettes),
    • pilonnement (ex. bâtons pilonnés),
  • secouement (ex. hochet),
  • pincement (ex. guimbarde),
  • raclement (ex. crécelle), 
  • frottement (ex. verres en cristal).


Ces quatre familles sembleraient à première vue reprendre la classification de la musique classique occidentale (cordes, vents, percussions). Si les deux premières familles correspondent globalement, au moins dans l’intitulé et/ou le principe, ce n’est pas le cas de la dernière et le terme «percussion» est à proscrire car il n’est pas pertinent en ethnomusicologie. Il renvoie en effet non pas à l'élément vibrant de l'instrument considéré, mais au mode de mise en vibration (par percussion), créant ainsi une confusion de niveau.

Ce mélange des classifications entraîne parfois un imbroglio de termes qu'il est facile de démêler lorsqu'on en tient les clés, et que nous avons déjà signalé plus haut.

La guitare, par exemple, est un instrument à fond plat et on la trouve sous différents aspects (guitares baroques, romantiques, classiques, etc.) qui lui conservent cependant le même nom générique de guitare. Dans la terminologie occidentale, cette famille des guitares appartient à la grande catégorie des instruments à cordes pincées dans laquelle se retrouveront également rangées les lyres et les harpes par exemple (La harpe dans la classification Sachs/Hornbostel constitue une catégorie à elle seule, voir plus loin). Pour les ethnomusicologues qui adoptent le système de classification S/H (cf. infra pour son développement), la guitare, parce qu'elle est munie d'un manche situé dans le prolongement de la caisse de résonance et de cordes dont le plan est parallèle à celui de la caisse et du manche, se range dans la catégorie des cordophones de type luth. Luth désignant ici de façon générique tous ces instruments morphologiquement équivalent.

L'instrument luth, constitué lui aussi en famille (archiluths, théorbes, etc.) est un instrument dit à cordes pincées dans la classification occidentale (comme la guitare). Parce que son fond est bombé, les musicologues le rangent dans une famille plus large dite des luths, comprenant d'autres instruments au fond bombé tels les mandolines. Dans la classification S/H, le luth appartient comme la guitare (et comme la mandoline) à la catégorie des luths (qui elle-même se subdivise en luth à manche long, à manche court, avec ou sans frette, à caisse plate ou bombé, etc.).

Respectant les catégories de la classification S/H, on s'aperçoit ainsi que clavecins et pianos (instruments à clavier/s, respectivement à cordes pincées ou frappées - ce qui vaut au piano d'être considéré pour les acousticiens comme instrument à percussion! - ce qui n'arrange en rien notre affaire) appartiennent à la famille S/H des cithares. Et comme on l'a évoqué plus haut, la vielle à roue est une cithare,  et le sitar (indien) est… un luth et non pas une cithare ! Jacques Chailley écrivait son "imbroglio des modes". On pourrait inventer celui des familles instrumentales !
Répétons-le, il convient toujours de préciser dans quel système on se situe, vernaculaires (systèmes propres à une culture où l'instrumentarium est défini, indien, japonais, de la musicologie classique, etc.) ou "scientifique" (le système S/H). Aucun n'est mauvais en soi, mais il ne faut pas les mélanger sinon c'est comme si on parlait de centimètres et de pouces !

Les limites de la classification S/H

Cette classification Sachs/Hornbostel convient aux instruments acoustiques (par opposition aux instruments électriques ou électroniques) d’un coin de la planète à l’autre et à toute époque confondue, à 99,9%... il y a toujours des instruments "rebelles". Il suffit, en règle générale d’examiner n’importe quel objet inconnu pour savoir s’il s’agit d’un cordophone (même les cordes perdues, des indices attestent de leur présence...), d’un membranophone (idem), d’un aérophone ou d’un idiophone.
Pourtant, la question n’est pas si simple. Car certes, on va pouvoir  cataloguer l'instrument mais la question de son usage ne sera pas résolue, loin de là. La classification n’est donc qu’une étape préliminaire et l’étude organologique véritable ne se limite pas à la catégorisation de l’instrument étudié. Elle vise à sa connaissance la plus complète possible, aussi bien musicale (technique de jeu, tessiture, fonctionnement acoustique...) que socioculturelle (facture, symbolique, fonction, interdits...).
Déterminer par exemple qu’un objet d’une société inconnue ou disparue (c’est le cas en archéologie) est un hochet, par exemple, et donc un "instrument de musique" etnomusicologiquement parlant, permet de faire un pas en avant, même si cela ne résout pas, dans l’immédiat, la question de son usage. Si on l’a reconnu comme tel on a non seulement clarifié la situation en utilisant le même langage, c’est-à-dire en privilégiant un vocabulaire univoque (idiophone par secouement correspondant à un récipient, fermé en général, comprenant de la grenaille qui vient buter contre la paroi quand on le met en mouvement) ; mais aussi, on va pouvoir avancer dans la connaissance de la société étudiée. Tout simplement en rendant possible la comparaison ethnographique pour poser les hypothèses de son utilisation, en interrogeant l’acoustique pour définir avec exactitude la sonorité et la modalité de ce hochet là, en procédant à l’étude des matériaux pour approcher celle de son mode de fabrication, en examinant les traces d’usure pour comprendre plus précisément son fonctionnement, voire sa technique de jeu... Quant à l’étude archéologique, par l’analyse du contexte, elle rendrait possible l’approche de sa symbolique et des modalités de son utilisation (objet en contexte funéraire, guerrier, objet rare ou répandu...).
La classification S/H permet donc de définir de manière univoque tout objet sonore utilisé dans le monde, fonctionnant sur le mode acoustique. Elle pose ainsi les bases d’une science des instruments de musique, l’organologie.